Parfum de poésie

Parfum de poésie · 27. décembre 2019
Merci. Le deuxième mot le plus beau mot de la langue des humains, qu'on le prononce ou même juste qu'on le pense, après ''je t'aime''. Et encore ! Dans ''je t'aime,'' on risque d’en attendre quelque chose. Alors que dans ''merci'', on n'en attend rien. C'est comme une manière de dire ''au revoir'', sans nécessairement vouloir ''revoir'' le responsable. Merci à l'être humain, pour ce mot superbe.
Parfum de poésie · 27. décembre 2019
A quoi rêve un poète ? A quarelle ? Non, à des vers à l'envers, à des vers en verlan, où le rêve se lit vêre, et se libère, et où ver se dit rêv, ce doux rêve, où l'on ne voit pas la vie pas en ver, en vert formida, ni en rose, mais bien en bleu, en bleu formida. ..
Parfum de poésie · 19. novembre 2019
Quelque soit le plaisir d'être avec vous, et je n'en doute pas, je préfère un jour sans vous qu'un jour sans toit.
Parfum de poésie · 19. septembre 2019
Si on parle de fausse modestie, on ne parle jamais de fausse vanité. Normal. On conçoit mieux une fausse qualité qu’un faux défaut. Par contre, on sera moins gênés de parler de faux sceptiques que de fausses sceptiques.
Parfum de poésie · 14. juin 2019
Grenouille qui se débrouille ne rentre jamais bredouille, même s’il faut qu’elle se mouille. Il n’y a que les andouilles qui ignorent le sens de la bidouille.
Parfum de poésie · 21. avril 2019
Kader Oussel a trois enfants,... Ils sont v’nus du Moyen-Orient,... Voir si le ciel était plus bleu... Que sur la terre de leurs aïeux,... Mais ils avaient les yeux trop noirs... Pour rester sur le territoire...... Ah, ah, ah oui vraiment,... Kader Oussel est un migrant..
Parfum de poésie · 21. avril 2019
La beauté de l’arc-en-ciel se trouve dans la diversité de ses couleurs. Cela me rappelle quelque chose, ou plutôt quelqu'un. N’en déplaise aux daltoniens d’esprit..
Parfum de poésie · 18. mars 2019
Les ambitieux visent les cieux. Pour eux, les cieux les plus précieux Ne sont pas ceux des Evangiles, Mais des colosses aux pieds d’argile. En plus, viser ce n’est pas tout ; Il faut tirer, toucher, surtout ! Et comme un ciel ne tombe pas, C’est le tireur qui tombera, Car bien avant qu’il ne le touche Il épuisera ses cartouches. Un jour il tombera des nues, Tout nu, et en terre inconnue ; Les signes de sa réussite, Il les laissera sur son site, HTTP, trois W, Trois petits tours et je m’en vais.
Parfum de poésie · 07. mars 2019
Quand elle perd son aile, la colombe tombe ; lorsqu’elle perd son L, elle coombe. Et quand elle personnel, ..je ne vous le dirai pas, c’est indiscret.
Parfum de poésie · 07. mars 2019
Y-a-t-il plus vieux qu’un caillou ? Sa carrière. Et de moins vieux ? Sa poussière.

Afficher plus